top of page

Comment s’appeler Brigitte Gervais sans trop sourciller

Sortie des entrailles d’une mère excentrique à la fin des années 1970 le long du fleuve Saint-Laurent en territoire hautement patriotique, Brigitte Gervais s’identifie à l’iconique combattante Madeleine de Verchères depuis son plus jeune âge. Au pied de sa somptueuse statut, elle y glissera, enfant, des heures durant en plein hiver glacial et y tiendra, adolescente complexée, des fêtes dévastatrices de la St-Jean. Grande curieuse polyvalente, elle suivra entre 5 et 45 ans mille et un cours tous azimuts : ballet jazz, couture chez une dame souffrant d’un TOC grave lui causant un choc post-traumatique, synthétiseur, danse folklorique, poterie, ballet classique, guitare, danse africaine, scoutisme, patinage artistique, aquarelle, boxe. Son premier emploi d’été à titre d’emballeuse de bac à linge en plastique lui fit verser des mégalitres de larmes désenchantées. Elle est une sincère passionnée de lecture depuis qu’elle peut déchiffrer ces objets d’amour nommés les livres et elle une cruciverbiste biquotidienne. Elle est accompagnée à chaque minute par un homme qui porte le même prénom qu’un pianiste supra-célèbre, et ce, depuis le non-bug de l’an 2000. De plus, elle est la bien choyée maman d’une ado en fleur nommée « étoile ». Lors des heures ouvrables de son existence, son temps est consacré à la planification et à l’aménagement urbain pour un coin de Montréal qui attend patiemment depuis des décennies son rallongement du métro. Parmi toutes les chances de sa vie, notons que sa meilleure amie joue aussi le rôle de sa patronne. Ces derniers temps, son chien adoré « Du poil » la soutient en ronflant avec conviction lors de ses longues journées où elle doit martyriser à outrance son clavier d’ordinateur dans son humble logis rocklandien. Elle est encore aujourd’hui une créatrice refoulée, bien que sa tête soit une boîte remplie à craquer de trinitrotoluène (TNT).

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Marie-Quelquechose

Il y a souvent mépris, soit pour la personne elle-même, soit pour la seconde partie de son prénom : Ève, Claire, Josée, Christine, Pierre, Andrée.... Marie-Quelquechose. À quoi bon prendre le temps d'

Maylis la baroudeuse

Maylis R. 2002-2089. Autrice, fondatrice des éditions Refugium et chercheuse française spécialisée dans l’étude des coins où personne ne va (cf. son troisième ouvrage Ici, le néant). Sensible au conta

Комментарии


  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
PALMARÈS DES MEILLEURES VENTES AU QUÉBEC
Jean-Philippe Pleau

JEAN-PHILIPPE PLEAU Rue Duplessis: ma petite noirceur

Joël Dicker

JOËL DICKER Un animal sauvage

Éric-Emmanuel Schmitt

ÉRIC-EMMANUEL SCHMITT La traversée des temps T.4: la lumière du bonheur

Sophie Grégoire Trudeau

SOPHIE GRÉGOIRE TRUDEAU Entre nous: mieux se connaître, mieux s'aimer

Patrick Sénécal

PATRICK SÉNÉCAL Civilisés

Cédric Sapin-Defour

CÉDRIC SAPIN-DEFOUR Son odeur après la pluie

Emmanuelle Pierrot

EMMANUELLE PIERROT La version qui n'intéresse personne

Thomas Schlesser

THOMAS SCHLESSER Les yeux de Mona

Guillaume Musso

GUILLAUME MUSSO Quelqu'un d'autre

Ana Huang

ANA HUANG Twisted T.4: Twisted lies

bottom of page