L'oubli

Mis à jour : 2 juil. 2019

Je m’interroge des fois sur le sens de nos vies. Je finis perdue sur les sentiers du temps qui file entre mes doigts.

De temps en temps, je désire comprendre mon histoire, et questionner le contour nébuleux de ses briques. Pourquoi ? Pour pouvoir découvrir les éléments perdus pour toujours, et comprendre ceux qui continuent lentement leur course, et qui tentent de survivre coûte que coûte.

Souvent, je cours vers un futur inconnu, puis j’oublie d’emprunter les chemins peu inexplorés du temps présent. Je veux errer loin en direction d'existences que je crois meilleures, toutefois, je me perds et je dors les yeux ouverts, entourée de gens trop curieux qui me ressemblent, de gens souvent éreintés de nombreux projets.

L’oubli de mes souvenirs, d'une voyelle, de mes victoires, et même de mes échecs, qu’il soit délibéré ou non, est une rencontre toujours douloureuse, un poids émotionnellement lourd.

Si seulement nous pouvions le corrompre . Si seulement ensemble nous pouvions le contrôler selon notre volonté cette forme d’omission.

Peu importe notre désir, le temps lui, s’effrite uniquement lorsque nous cessons de respirer.

Le temps est même complice et nous tourne le dos.

C’est pourquoi, informé de toutes ces choses, il est utile pour nous de comprendre enfin que lutter représente une entreprise biologiquement impossible.

Je pense en fin de compte, qu’il suffit tout simplement de vivre le présent. De dévorer pleinement les minutes, de boire les secondes. Bref, souvenons-nous,oui je réitère , souvenons-nous, non seulement du verbe oublier et surtout du verbe exister.

29 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

De princesse a waitress

Jo du Lac est né un triste jour de novembre 1951. Les parents souhaitaient un garçon. La petite arriva tête première, lança un regard inquisiteur sur l’assistance: qui devait-elle conquérir? Très tôt,

Expérience sensorielle de Catherine G

Étendue sur le dos, Valérie regarde le plafond sans le voir. Il fait nuit noire. Tout son corps est aux aguets. La chaleur qui émane d’Arthur couché à quelques centimètres d’elle lui parvient par vagu

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2019 Éditions Parenthèses