Variations de tons au bureau de poste. CB

Chères concitoyennes, chers concitoyens,


Pour commencer, laissez-moi vous relater un événement survenu ce jeudi, au Bureau de Postes Canada. Alors qu’une respectable contribuable d'âge vénérable attendait patiemment son tour devant le guichet, deux jeunes adolescents bientôt en âge de voter se sont joints à la file en arrière d’elle.  Nous connaissons tous ce travers propre à la jeunesse qui est de ricaner à propos de tout et de rien. Il faut bien que jeunesse se passe me direz-vous ! Mais je suis particulièrement offusqué des remarques ironiques qu’ils se sont autorisés à émettre quant à l’habillement de cette pauvre femme.

Vous savez tous, chers administrés, que les sommes versées à nos aînés suffisent à peine à leur permettre de survivre. Pouvons-nous accepter, en tant que société, que ce triste état de fait leur impose en plus de se faire moquer pour manquement aux conventions de la mode ? C’est inadmissible et je m’insurge haut et fort, en espérant que le Ministre de l’Éducation réagisse comme il se doit et impose les mesures nécessaires pour que soit enseigné dans nos écoles les principes de respect dus à ceux qui nous ont précédé et qui ont vaillamment contribué à bâtir ce beau pays qui est le nôtre !  Toujours est-il que cette brave femme, après avoir acheté un timbre dont le prix inacceptable sera le sujet d’une autre discussion si vous le voulez bien, se retourne avec un sourire et offre une poignée de bonbons à chacun de ces malotrus en leur souhaitant joyeux Halloween ! Voilà une grande leçon de vie, mes chers concitoyens : savoir combattre le sarcasme par la gentillesse et...

Veuillez m’excuser, je suis désolé, on me dit que c'est un communiqué urgent... 

Oh ! Il semblerait que ce même jour d’Halloween, deux jeunes aient été conduits à l’hôpital pour empoisonnement alimentaire et qu’une femme à l’allure de sorcière ricanait à l’entrée de l’hôpital... Nous reviendrons bientôt sur les dangers de l’utilisation de produits toxiques dans notre alimentation et de l'insuffisance de prise en charge des personnes présentant des signes de sénilité, vous pouvez compter sur moi ! 


___________________________________________________________________


- C’est une sorcière qui attendait au guichet, Maman ?

- Mais non, voyons !

- Pourquoi ?

- Les sorcières, ça n’existe pas.

- Mais elle avait de drôle d’habits.

- Peut-être qu'elle n’a pas beaucoup de sous pour en acheter d’autres.

- Pourquoi ?

- Parce qu’elle est vieille mon cœur, quand on est vieux on ne peut plus travailler.

- Et comment elle a fait pour acheter son timbre si elle a pas de sous ?

- Elle en a un peu mon cœur. Le gouvernement lui envoie des sous pour qu’elle puisse manger et acheter des timbres.

- Pourquoi ?

- Parce qu’elle a travaillé avant d’être vieille ou... parce qu’on peut pas laisser les gens sans rien.

- Et les deux grands, pourquoi ils riaient ?

- Eux-aussi, ils trouvaient que la madame avait de drôle d’habits.

- C’est pas bien de rire des gens.

- Non mon cœur, tu as raison.

- Mais pourquoi la sorcière leur a donné des bonbons alors ?

- Parce que ce n’est pas une sorcière mon cœur ! Tu le vois bien : elle, elle était gentille.

- Non, je crois pas Maman, elle avait le rire d’une sorcière.

- Les sorcières, ça n'existe pas. Mets donc la télé pour te distraire avant d’aller passer l’Halloween.

- Oh, Maman ! Regarde ! C’est les deux grands qui sortent de l’ambulance et le monsieur y dit qu’ils ont été empoisonnés et tu vois, la sorcière, elle rit ! Ce n’est pas gentil de rire des gens.


____________________________________________________________________


COÏNCIDENCE ?

Ce jeudi matin, jour de l’Halloween, deux adolescents se sont moqués d’une vieille femme dans la file d’attente au guichet de Postes Canada.  Contre toute attente, après avoir acheté un timbre, la femme a offert une poignée de bonbons aux deux jeunes qui ont peu après été emmenés d’urgence à l’hôpital pour de violents maux de ventre. Des témoins ont aperçu la vieille femme du bureau de poste ricaner à l’entrée de l’hôpital.

0 vue
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2019 Éditions Parenthèses