Une sortie au parc un samedi soir




Écrit en utilisant le cerveau droit :


Il fait noir et il fait froid. J’ai peur de ce qui me guette. Est-ce un monstre ? Un animal sauvage ?

J’entends des bruits étranges dans les fourrés. Des grattements, des grognements sourds. La lune est pleine, mais cachée pour le moment par des nuages d’un gris sombre. J’aimerais fuir, mais je suis paralysée. J’essaie de crier, mais ma gorge résiste.


Je n’aurais jamais dû venir ici. On m’avait dit que ce parc était maudit, qu’il ne fallait pas s’y aventurer le soir, surtout pas le samedi. Mais comme d’habitude j’ai fait fi de tous les avertissements.


Heureusement, j’ai amené mon cellulaire, la seule chose qui me rattache à la réalité ce soir. Je l’ouvre, je le transforme dans un premier temps en lampe de poche que je fais rapidement pivoter à droite et à gauche. Mais je ne vois rien. On dirait que la lumière est absorbée au fur et à mesure par l’obscurité. Les grattements et les feulements continuent de plus belle.


Je réussis, malgré mes doigts engourdis par la terreur et l’angoisse, à signaler le numéro de téléphone de mon amie.


Je lui crie : "Viens je t’en supplie, rejoins-moi au parc Lanthier, j’ai peur, amène une arme, quelle qu’elle soit!"


Après des minutes qui me semblent des heures, Josiane arrive, avec une lampe torche, et sa

démarche décidée. Les nuages eux-mêmes laissent maintenant apparaître la lune, dans toute sa clarté. Josiane tend le bras dans le taillis, et en retire… un malheureux matou...


La même histoire, écrite en utilisant le cerveau gauche


Je suis allée me promener dans le parc Lanthier à 10 minutes à pied de mon domicile. J’y vais tous les jours. Il y a des gens qui ont essayé de me faire croire que ce parc était, je les cite :

« Mystérieux, dangereux, il se passe des choses très étranges dans ce parc. »


Balivernes que tout cela. Il est bien vrai que je ne m’y rends jamais le soir, non pas parce que j’ai peur, mais tout simplement parce que j’ai autre chose à faire.


Je n’ai jamais soupçonné quoi que ce soit de ce que les gens appellent « louche » ou « mystérieux ».


Ce soir c’est la pleine lune, comme c’est le cas une fois par mois.


Je regarde cet astre brillant, caché temporairement par quelques nuages, et je me dis que c’est une bonne chose que la science nous ait permis de mieux comprendre notre satellite, et de mettre un terme une bonne fois pour toutes à ces idées bizarres et romantiques que l’on prête à cette petite boule.


Je marche sur le sentier entouré d’arbres ; j’entends des bruits, des craquements, et cela me fait rire. Parce que je suis certaine que c’est ce qui fait tant peur aux gens! Dans les taillis, il y a des animaux, qu’ils soient sauvages ou non, et c’est normal puisque nous sommes dans la nature.


Si l’on ne veut pas entendre des bruits et des craquements, alors on est mieux de rester dans son salon!


21 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

Forcer l'amuse.

Exercice imposé: cerveau droit/cerveau gauche 1/CERVEAU DROIT Forcer l'amuse Troisième fois que cette chaleur me cherche, me harnache, me submerge. Flots et vagues sautent hors de la bouteille. Je me

Contemplation

vendredi en après midi, posé contre le mur, il observait par la fenêtre la mer. Il se tourna ensuite vers le jeune homme et il se laissa porter à la contemplation. Il aimait les traits de son visage a

Cerveaux de gauche et de droite de Nathalie

Hier soir j’ai servi à ma famille une soupe consistante et nourrissante. J’ai trouvé la recette dans un livre de cuisine végétarienne. La recette demande de peler et de couper, en dés, un oignon moyen

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses