Un autre monde de Rabenje Margouillat

Moins 15 degrés dans la rue, je m’approche de la clinique que je dois secrètement inspecter.

Voilà la porte d’entrée, je m’y engouffre. En face de moi, une réceptionniste m’accueille avec une formule habituelle et un sourire irrésistible.


Après les civilités habituelles, je lui demande si je peux m’asseoir quelques minutes dans la salle d’attente, car je suis gelé.


Prenez le temps de vous réchauffer avant de repartir, dit-elle en m’indiquant un tableau mural avec quatre couleurs vives, soit le bleu, le rouge, le noir et le rose.


Sur le clavier devant vous, attribuez un chiffre de un à quatre à chaque couleur. Vous ne pouvez attribuer un chiffre qu’une seule fois.


Un ticket s’imprimera vous indiquant la rangée de sièges où vous asseoir, termina-t-elle.


Je me faufile dans la salle légèrement rectangulaire. Instinctivement, je fais du regard le tour de la pièce et remarque que chaque mur est peint d’une seule couleur, soit les mêmes que celles du tableau mural.


Les rangées de sièges sont installées dos au mur faisant face au mur opposé.


Bonjour les endormis, dis-je une fois assis face au mur rose.


Pas de réaction de leurs parts, ils m’observent d’un regard vide rempli de vivacité.


Curieux cet assemblage de couleurs vives. Je me tourne vers un patient de la rangée d’à côté assis face au mur bleu. Il a l’air apeuré. Je le salue et lui demande la raison de son attente dans cette salle.


Pourquoi me posez-vous cette question, me demanda-t-il d’un air suspicieux. Puis rassuré, il me dit qu’il lui faut son profil pour obtenir un emploi. Un trouillard, celui-là.


Cette fois, mon regard se pose alternativement sur les quatre groupes de patients. Selon mes observations, il me semble qu’à chaque rangée, correspond un profil d’attitudes et de comportements.


Je suis vraiment surpris par cette scène plutôt étrange.

Intrigué, je me dirige vers la rangée où sont assis les patients face au mur rouge. Ce sont les plus dégourdis et ilsmanifestent bruyamment. J’adresse la parole à mon nouveau voisin qui réagit avec impatience. Je lui demande de m’expliquer le déroulement des consultations.


Vous devriez le savoir, dit-il sèchement.


Votre consultation a commencé lorsque vous avez attribué les chiffres aux couleurs. Selon l’analyse préliminaire, ils ont déterminé votre couleur dominante.


Vous devrez vous rendre dans une salle hexagonale avec un cercle blanc au milieu. Une assistante vous demandera de vous y placer et de ne plus bouger. Votre code génétique sera décrypté par laser.


Une voix masculine vous posera des questions pendant que les couleurs des murs changent du bleu, au rouge, au noir et au rose.


Vous n’aurez plus à revenir lorsque votre profil aura été décodé, conclut-il avec impatience.


J’en déduis qu’il y a un lien entre les couleurs des murs et les attitudes et comportements des patients. Les pessimistesbroient du noir, les optimistes voient la vie en rose. Les timorés ont une peur bleue, les rageurs voient rouge.


La finalité de ces consultations est de comprendre si les attitudes et comportements des humains sont déterminésprioritairement par l’environnement des couleurs ou par leurs codes génétiques.


Exemples de suggestions :


que la vente de la couleur rouge soit interdite,


que les véhicules rouges, bleus et noirs soient repeints en rose,


que la couleur rouge des feux de circulation soit dorénavant rose, les rageurs n’étant plus incités à les brûler,


que tous les édifices soient repeints en rose ...


J’en passe et des meilleurs.

R. M. Agent secret code 000


NB. Un zéro avec pas de cervelle, dit mon boss, fier de m’avoir dans son service.

Il dit que mes suggestions subiront le même sort que la ligne rose. Je suis optimiste.


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le voilier

À l’horizon, il filait sur cet éclat doré, apportant dans son sillage les ricochets du temps. Poussé par le vent silencieux, son passage emportait tous les mots. Les regards s’éclairaient d’admiration

Métaphore de Ève Charette

Métaphores de Ève Charette Dans une danse guerrière, le voleur au grand cœur, braconnier de mes nuits devenues si courtes, affrontant le tumulte par ses flèches empoisonnées bout à bout d’un élixir ap

La madeleine de Marie-José

Dès l’âge de deux ans, je grandis en Afrique où mon père exerça sa carrière dans les Travaux publics pendant deux décennies. Les retards dans les travaux n’étant pas choses d’exception et les frais de

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses