top of page
  • Serge

Serge Provençal, musicien, juriste et auteur (1953-2052)

Outre l’arrivée de la télévision au Canada, l’année 1953 accoucha (avec l’aide de sa mère Rolande Trottier) de Serge Provençal, par un froid matin de janvier, le 20. Cette conjonction entre lui et la télévision eut une influence déterminante sur son caractère monochrome et cyclothymique : jamais haut en couleur, toujours tranché entre noir et blanc. Il connut une enfance normale qu’il passa dans les ruelles du quartier Rosemont à jouer au hockey avec une balle « bleu-blanc-rouge » toute noire et à reluquer les jolies filles. Sa vie sentimentale débuta précocement alors qu’il tomba follement amoureux de Mireille Cormier à l’âge de onze ans. Elle le quittera à quatorze pour faire l’expérience de l’amour lesbien avec son unique sœur Mariette Provençal-Cormier. Cet échec amoureux façonnera à la fois une vie sentimentale riches en mariages et divorces qui elle-même nourrira son œuvre romanesque d’idylles mouvementées aux rebondissements dramatiques et inépuisables dont l’incontournable « Belle du Saigneur ». Adolescent, il formera un groupe musical devenu mythique : « The fab 5» avec lequel il parcourra la planète rock sur 4 continents. Lassé des voyages et de la vie d’hôtel, il entreprend jeune adulte, de brillantes études de droit à Cambridge (UK) où il est admis sur la base de sa notoriété. Revenu au Canada sa carrière de juriste en droit d’auteur l’amènera à conseiller le gouvernement. On lui doit notamment l’adhésion du Canada aux WPPT[1]et au WCT[2]. Déchu de son poste de conseiller du premier ministre pour avoir séduit sa jeune épouse, il profitera de sa retraite anticipée pour écrire ses mémoires et régler ses comptes avec ses détracteurs. On retiendra particulièrement de son œuvre littéraire « J’irai cracher sur Nothomb ». Il meurt de rire dans sa villa de Floride à 99 ans en écoutant une rétrospective de son ami François Pérusse.

[1] Traité de l’OMPI sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes


[2] Traité de l’OMPI sur le droit d’auteur

37 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

Comment s’appeler Brigitte Gervais sans trop sourciller

Sortie des entrailles d’une mère excentrique à la fin des années 1970 le long du fleuve Saint-Laurent en territoire hautement patriotique, Brigitte Gervais s’identifie à l’iconique combattante Madelei

Marie-Quelquechose

Il y a souvent mépris, soit pour la personne elle-même, soit pour la seconde partie de son prénom : Ève, Claire, Josée, Christine, Pierre, Andrée.... Marie-Quelquechose. À quoi bon prendre le temps d'

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
PALMARÈS DES MEILLEURES VENTES AU QUÉBEC

Cliquez pour commander
Thomas Schlesser

THOMAS SCHLESSER

Emmanuelle Pierrot

EMMANUELLE PIERROT La version qui n'intéresse personne

Kevin Lambert

KEVIN LAMBERT Que notre joie demeure

Mireille Gagné

MIREILLE GAGNÉ Frappabord

Éric Chacour

ÉRIC CHACOUR Ce que je sais de toi

Delaf

FRANQUIN, DELAF Gaston T. 22 : Le retour de Lagaffe

Claire Legendre

CLAIRE LEGENDRE Ce désir me point

Valérie Roberts

VALÉRIE ROBERTS Post-partum: les hauts et les bas du quatrième trimestre

Lars Kepler

LARS KEPLER L'araignée

Sonia Lupien

SONIA LUPIEN Le stress au travail vs le stress du travail

bottom of page