• Serge

Serge Provençal, musicien, juriste et auteur (1953-2052)

Outre l’arrivée de la télévision au Canada, l’année 1953 accoucha (avec l’aide de sa mère Rolande Trottier) de Serge Provençal, par un froid matin de janvier, le 20. Cette conjonction entre lui et la télévision eut une influence déterminante sur son caractère monochrome et cyclothymique : jamais haut en couleur, toujours tranché entre noir et blanc. Il connut une enfance normale qu’il passa dans les ruelles du quartier Rosemont à jouer au hockey avec une balle « bleu-blanc-rouge » toute noire et à reluquer les jolies filles. Sa vie sentimentale débuta précocement alors qu’il tomba follement amoureux de Mireille Cormier à l’âge de onze ans. Elle le quittera à quatorze pour faire l’expérience de l’amour lesbien avec son unique sœur Mariette Provençal-Cormier. Cet échec amoureux façonnera à la fois une vie sentimentale riches en mariages et divorces qui elle-même nourrira son œuvre romanesque d’idylles mouvementées aux rebondissements dramatiques et inépuisables dont l’incontournable « Belle du Saigneur ». Adolescent, il formera un groupe musical devenu mythique : « The fab 5» avec lequel il parcourra la planète rock sur 4 continents. Lassé des voyages et de la vie d’hôtel, il entreprend jeune adulte, de brillantes études de droit à Cambridge (UK) où il est admis sur la base de sa notoriété. Revenu au Canada sa carrière de juriste en droit d’auteur l’amènera à conseiller le gouvernement. On lui doit notamment l’adhésion du Canada aux WPPT[1]et au WCT[2]. Déchu de son poste de conseiller du premier ministre pour avoir séduit sa jeune épouse, il profitera de sa retraite anticipée pour écrire ses mémoires et régler ses comptes avec ses détracteurs. On retiendra particulièrement de son œuvre littéraire « J’irai cracher sur Nothomb ». Il meurt de rire dans sa villa de Floride à 99 ans en écoutant une rétrospective de son ami François Pérusse.

[1] Traité de l’OMPI sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes


[2] Traité de l’OMPI sur le droit d’auteur

34 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

De princesse a waitress

Jo du Lac est né un triste jour de novembre 1951. Les parents souhaitaient un garçon. La petite arriva tête première, lança un regard inquisiteur sur l’assistance: qui devait-elle conquérir? Très tôt,

Catherine Greffard, de Catherinette à Catherine

Catherinette à pois a décidé de dire bonjour à la vie en 1967, le lendemain de Noël. Elle aurait pu s’appeler Noëlla mais sa mère a eu la bonne idée de s’abstenir. Merci, Maman! Elle est née d’une mèr

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2020 Éditions Parenthèses