• Jo

Quatre ou cinq vies dans le désordre

La vraie vie presque secrète d'une vraie de vrai, la seule et unique qui le soit, authentifiée par la plus haute autorité gardienne de la vérité joignable sur cette Terre acqueuse par défaut, et j'ai nommé Donald Trump, le seul grand véridique tourneur du réel palpable et ineffable!

Texte recyclé, revu et augmenté à partir de l'original créé en juin 2018.


T., Jo, 1959- ?


Après une enfance écoulée entre les pages de n’importe quel livre pour éviter le réel, Jo T. se marie trop jeune à un ami d’enfance. Elle devient, sous l’influence de Raskolnikov, prêteuse de livres sur gage en Sibérie de Montréal. Quand son patron la surnomme Mme Castro, elle décide de mordre à belles dents dans sa passion pour le syndicalisme et les cigares cubains. Elle donne naissance, à trois lunes d’intervalle, à un domino dont les deux faces ne se reconnaissent pas quand ils se croisent sur la rue. À 34 ans, elle tombe follement amoureuse d’un réfugié afro-américain vodouisant tout en trippant à fond sur la musique de Daniel Bélanger et des Cranberries. Elle en laisse tomber toutes les règles de sécurité, sa petite culotte et son mari. Jo T. devient sur le champ Erzulie Gé-rouge et termine son périple en petites miettes au fond de son lit, zombifiée : le bel étranger est désintéressé, les embûches au parrainage pesant plus lourd que les beaux sentiments. S’en suit une crise d’adolescence tardive qui la laissera sur le cul un bon moment. Elle entreprend, entre deux torrents de larmes ("sèche tes pleurs, sèche tes pleurs"), un tour du monde sans quitter ses draps où les miettes s’encroutent. Ceci cause un grand scandale national chez ses voisines, jalouses de tant de va-et-vient bigarrés auxquels elles ne peuvent goûter. Un Esq. Britannique, blanc comme les draps mais sans les miettes, la kidnappe. Nous n’avons aucune nouvelle depuis. Certains paparazzis malchanceux ont cru la voir à Hong Kong in BC où elle s’adonnerait à la peinture funambulesque à l’eau de pluie, mais leurs photos ne retournent qu’une ombre d’elle-même sur un fond misérablement gris-sourie, un peu verte sur les bords. Elle serait, à ce qu'on dit avec envie dans les milieux huppés, devenue missionnaire itinérante autour du globe. Elle initie gratuitement les migrants illégaux au vol plané au-dessus des frontières emmurées. Des témoins rapportent l'avoir vu vers la fin des années 50, se précipiter en bas d'une falaise gaspésienne, y sacrifiant sa Porsche rouge payée cash, quel sacrilège! Cependant, aucune preuve n’existe à cet effet, encore cette fois, malgré le hijab bleu, blanc, fleurdelysé retrouvé sur les lieu, une tenue qu'elle affectionnat particulièrement. Le fameux foulard est aujourd'hui exposé sous bonne garde au Salon bleu de l'Assemblée Nationale, à l'endroit même où se trouvait naguère le crucifix légendaire désormais honni de tous. Elle nous a aussi légué trois romans inachevés, sa démarche sautillante due à ses os évidés d’oiseau déplumé, dégaine désormais imitée par tout le jetset international ainsi que son aptitude à s’enfarger dans les fleurs des tapis.

17 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout

Chassez le naturel

Janne Richard, née à Québec, bercée à Baie-Saint-Paul, élevée à Saint-Lambert et éduquée à La Pocatière a été fascinée dès un très jeune âge par l'expression “Chassez le naturel, il reviendra au galop

Là, là, juste là

Un avion s’approche. A moins qu’il ne soit déjà là. Moteur en marche. Ça ronronne. Une fin de programme télé s’y superpose. Comme celles des années 70 où il ne reste que la friture grise qui neige dan

sans dessus dessous

Le son de la route. De L’autoroute de l’air chaud. Accompagne le champ de sa chambre à coucher. Une horde cosmique fait la fête à son oreille droite. Le corps perdu dans un vide sidéral qu’il soupçonn

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2020 Éditions Parenthèses