PONCTUATION

SANS LITIGE AU CAFÉ THÉMIS


Ils se sont retrouvés au Café Thémis, face au tribunal. Comme d’habitude, elle est arrivée la première et a commandé un steak-frites sans salade, qu’elle a engouffré en le fixant du regard; elle semblait craindre qu’on le dévore à sa place! Quand il l’a vue, bien installée et si concentrée sur l’objet de son obsession et l’emprise d’une ‘’drogue’’ sur toute sa vie, il se demanda si ses décisions d’affaire, son style de vie, etc., pouvaient être influencés, voire achetés (!) par un bon repas. Après leur embrassade vite faite de deux petites bises sonnant sec, il sortit un dossier de sa mallette. Elle n’y prêta aucune attention et il fit signe au garçon : ‘’un croque-monsieur et une bière, s’il-vous-plait’’. ‘’Abordons notre sujet tout-de-suite, Mireille : j’aurais quelques points à éclaircir avec vous. Je vous offre un dessert et le café; qu’y-a-t-il à la carte des pâtisseries?’’

Sur ce, Maitre Pagnol se sentit en appétit de justice et prêt à obtenir gain de cause pour cette cliente dénuée de féminité, de politesse et de charme. ‘’ Nous, les hommes du midi, nous aimons les belles femmes, souriantes, à la voix chantante comme les cigales’’, se dit-il à mi-voix. ‘’ Ah! Si cette petite faisait un effort! Je l’aimerais bien, moi; et je travaillerais encore mieux; heu, un peu plus lentement, c’est tout!’’.

‘’ Hé! Marius, vous rêvez encore!! Mon objectif est-il bien clair?’’ lui lança Mireille après avoir avalé sa dernière bouchée.

’ Objectif Unique ’’ dirent-ils d’une seule voix . ‘’ Que notre, que votre voisin, ce monsieur Reblochon, industriel fabriquant et marchand de fromages, nous cède une bande de terrain longeant son terrain de tennis, dimensions de 3 mètres de large par 50 mètres de long, de façon à ce que nous élargissions notre allée partant du portail et descendant vers notre, vers votre maison ’’. - ‘’ C’est bien ce que j’ai noté; et avez-vous une idée de ses conditions?’’ questionna Marius Pagnol amusé par le ton directeur de Mireille. - ‘’ Ce n’est pas cette bande de terre inutile pour lui qui devrait coûter bien cher; par contre, elle donnera une belle plus-value à ma propriété. Il y a des usages et coutumes transmis par l’éducation en vertu des règles de bon voisinage ’’.

Marius, de dire aussitôt : ‘’ EN VERTU! Aucune vertu ne vient justifier la vente et le prix de vente d’une parcelle de terre, HUM HUM, à moins de s’appeler Loi du marché’’. Il toussota encore, et rougit, surpris de sa quasi-insolence envers la quasi-disgracieuse jeune femme.

Lui revint soudain à la mémoire le recommandé arrivé la veille. Il ne l’a pas encore ouvert. Il tâte l’enveloppe dans la poche intérieure de son veston, puis aussi discrètement que possible, il l’ouvre et lit le texte : ‘’M. Reblochon serait intéressé à vous acheter un droit d’accès au lac, autrement dit une servitude’’. Mireille semble s’être soudain plongée dans de grandes réflexions. Elle est intriguée par l’apparition soudaine de son oncle; ce dernier l’a approchée pour qu’elle apprenne à traiter les affaires de la famille; et à développer son sens de la diplomatie, son tact et son amabilité. On a bien répété devant elle que sa spontanéité était charmante et qu’on lisait dans ses pensées comme dans un livre ouvert : il y avait un âge appelé ENFANCE pour cette liberté de s’exprimer!

A présent, elle doit d’abord se montrer à la hauteur de ce jeune avocat Marius Pagnol. Puis elle doit démonter les arguments de son oncle Reblochon qui tient mordicus à sa servitude pour avoir son ponton, son petit voilier, son pédalo, etc. Quelle belle occasion de se faire valoir. Elle doit se jeter à l’eau car … Elle est aussi timide que Marius, elle se donne de l’assurance par son attitude hostile, et elle repousse ce qui peut devenir une ébauche d’amourette. Bien sûr, elle en rêve! Marius, silencieux depuis un moment, regarde Mireille, puis dit : ‘SUIS TON INSTINCT’’. ll fait alors la remarque archi-judicieuse : ‘’Quel est le litige qui nous réunit aujourd’hui? Y- en-a-t-il un ?’’

Je vous propose une promenade sur ce lac; il y a des bateaux toutes les heures!’’.


POINT FINAL . -


Marie-José Trévis Le 10 mars 2021

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

sentiments contradictoires

— Je ne suis pas les autres ! reprit-elle alors qu’il ouvrait la bouche. Je refuse de me conduire comme eux… À partir d’aujourd’hui, tu seras obligé de me parler ! Agadonne, qu'on nommait aussi Heishi

Qui suis-je?

Je valse avec vous, pour quelques minutes ou près d’un siècle. On cesse de me calculer à l’instant où le tambourin se tait. Trop tôt et subitement. Très tard et lentement. Au début de votre histoire,

Diane Dubeau_Histoire de Pâques

J’ai vu un cardinal sauter en parachute. J’étais étendue dans un pré qui était garni de cocos gigantesques. C’était le pré de Pâques, où l’on élève des lapins. Vous connaissez peut-être cet endroit fa

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
POUR RECEVOIR LA LISTE HEBDOMADAIRE DES NOUVEAUTÉS ET ACTIVITÉS LITTÉRAIRES, INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses