• Jo

Page fendue - Jo

Mis à jour : 26 août 2019

L’esprit léger


J’avais à peine mes dix ans lorsque j’ai décider de l’anato-

misé, j’ai rassemblé les trois dollars et demi dans ma poche, monté sur

mon vélo et me suis précipité chez le vendeur de couteaux. Dans le clapier se trouvait

le lapin auquel je songeais depuis un bon moment. Le vol de la bête

a été plus bref encore : j’étais impatient de connaître de l’intérieur ce

compagnon à la vie domestique des plus morne. Il m’agaçait déjà avec

ces oreilles à l’affût de la moindre agitation et cette anxiété

lisible dans ces yeux cerclés de glaire brunâtre. Impossible de partager avec lui la

même complicité qu’avec mon frère, avec qui je jouais somme

toute assez peu, car je dédaignais sa bouille de bébé et quelques grimaces lui

suffisaient pour le comprendre. Le lapin, lui, semblaient saisir d’un coup

d’œil mes hésitations, mes alarmes, ma violence contenue. Je n’arrivais pas

à vivre avec ses silences, dont certains semblaient accusateurs. Il connaissait, j'en suis certain,

les réponses que ma jeune intelligence n’arrivait pas à trouver par elle-même.

Nous avion tous les deux la malédiction d’un savoir indélébiles, un même regard sur ces vies

simples, dépourvues de surnaturel, déplorables dans leur déroulement ordinaire.

J’étais déjà athée à cette époque mais je mettais de mon coté toutes les

chances je priais chaque jour Jésus afin qu’il me donne des dents de loup

et des serres des hiboux. Mais ça n’arrivait jamais. Le lapin, lui, semblait éprouver un genre

d’appréhension mêlée de catécholamine défectueuse. Dans son cas, la notion de reli-

gion, si j’ose dire, se limitait à un état béat devant tous les légumes du

potager. Je pense par ailleurs qu’il ne pensait à rien d’autre.



Jean-François Beauchemin – Archives de la joie; Petit traité de métaphysique animale. Montréal : Québec Amérique, 2018. (p. 37)


29 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

La page fendue de ChicoineL

Je courus une heure, me retournant, moult fois traver- sant plusieurs quartiers. J’avais juste envie de ne pas les recroiser, j’entendais leurs pas, le souffle me manqua, j’avais les

La guerre des plantes

La page fendue de Sylvie. A la fois flatté par cette / façon de le faire et de le dire, un peu pris en tra / ître par cette dure attaque. A ce moment la présence / d’un dromadaire ne soulève pas la mo

La page fendue de Nathalie

Séguret est parti comme font les soldats après avoir livré bataille. --- Je tiens juste à vous préciser qu'ils étaient quatre. Ce n'est pas parce qu'ils sont des insom- niaques et des noctambules, qu'

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2020 Éditions Parenthèses