Monosyllabes de CB

Il pleut.

La terre boit l’eau,

Mais pas les cours, pas les rues.

La ville se noie sans qu’on le voie.


Il fait chaud.

Le bois est frais, le pré fait ce qu’il peut,

Mais dans ses lieux clos

La ville est en feu.


Le gel est là.

La ville se bat, veut faire sa loi,

Lève des murs, chauffe du bois.

Mais la ville craque sous le froid.

Un bus s’en va.

Lent, mais sûr à ce qu’on croit.

On ne sait pas trop où il va.

Il fuit l’eau, fuit le chaud, fuit le gel et la vie qui se bat.

Il s’en va.

L’homme qui le prend est un fou,

Qui vit dans un monde de fou

Et y meurt à feu doux.

16 vues1 commentaire
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
POUR RECEVOIR LA LISTE HEBDOMADAIRE DES NOUVEAUTÉS ET ACTIVITÉS LITTÉRAIRES, INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses