top of page
  • Photo du rédacteuryann

Momentaliste

parti l'où a l'état-civil indécis,

il ouvre les portes, il explore,

« l'impertinent » disait-on

quand apparaissait sa singularité.

Explorer, rencontrer,

la joie tatouée aux côtes,

et fuir l'insularité

Dormir avec un gilet kevlar

non loin du pont de Mostar

à la lueur de balles traçantes.

Dormir à la cloche de bois

sur le chemin de Saint-Jacques,

à contenir la foi chahutante

il est conté dans de volatils

légendes nomades

des témoins annoncent

le camarade sur un marché,

non loin du Nil, à se procurer

une bible éthiopienne contre

une bague du Ouaddaï

À s'enivrer de thé à la cannelle

à la cité du Lion de Sigirîya,

À humer les amandiers en fleurs

au pays du Lion du Panschir,

des jardins d'avant Le Nôtre

À la saison des tulipes,

depuis la cité stambouliote,

rapportant kilims & musique sufi,

il tente, sur la flamme olympique,

de souffler.

Au frimas de l'automne,

depuis washington square

rapportant passions & futur

ils occupent wall street

we are 99%

l'heure du muezzin,

à la cité nabatéenne

un vestige nommée Merveille

ou sous les alizées,

sa vie océanienne

un vestige évangélicoloniale

Il habite là où les premiers flocons

re-recouvrent le cadavre de

Mister Jack et ses citrouilles,

Il se souvient de la saison des litchees

et revoir à la barrière de corail

le Pèr'Noël surfer avec sa hotte.

il s’est immergé en Béthanie

il a enlacé l’Arbre de Bouddha

à fondre les étendards

en banderole multicouleurs

reliant les regards.

Candide, à l'allure

amblière et arboricole

sculptée au yoga

et aux sacs de cacao, dans

un·e proxi·mâle esthétique

il rêve et voyage en Rimbaldie

43 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

Comment s’appeler Brigitte Gervais sans trop sourciller

Sortie des entrailles d’une mère excentrique à la fin des années 1970 le long du fleuve Saint-Laurent en territoire hautement patriotique, Brigitte Gervais s’identifie à l’iconique combattante Madelei

Marie-Quelquechose

Il y a souvent mépris, soit pour la personne elle-même, soit pour la seconde partie de son prénom : Ève, Claire, Josée, Christine, Pierre, Andrée.... Marie-Quelquechose. À quoi bon prendre le temps d'

2 Kommentare


Marie-Eve Cormier
Marie-Eve Cormier
26. Juni 2020

Magnifique, épique, enlevant ! Un récit d'aventurier dont chaque détour a sa saveur particulière, ses images sacrées. J'en veux encore !!!

Gefällt mir

Bon, je l'avoue : l'évocation d'un amandier en fleurs acquiert immédiatement ma totale adhésion... Mais c'est loin d'être la seule image vibrante de ce texte très fort qui nous promènent sur de bien beaux chemi apparemment pas toujours faciles à suivre, mais qui nous emmènent en des lieux magiques dont l'aventurier s'enivre, nous entraînant dans son univers coloré.

J'espère pouvoir lire souvent de vos écrits !

Gefällt mir
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
PALMARÈS DES MEILLEURES VENTES AU QUÉBEC
Jean-Philippe Pleau

JEAN-PHILIPPE PLEAU Rue Duplessis: ma petite noirceur

Joël Dicker

JOËL DICKER Un animal sauvage

Éric-Emmanuel Schmitt

ÉRIC-EMMANUEL SCHMITT La traversée des temps T.4: la lumière du bonheur

Sophie Grégoire Trudeau

SOPHIE GRÉGOIRE TRUDEAU Entre nous: mieux se connaître, mieux s'aimer

Patrick Sénécal

PATRICK SÉNÉCAL Civilisés

Cédric Sapin-Defour

CÉDRIC SAPIN-DEFOUR Son odeur après la pluie

Emmanuelle Pierrot

EMMANUELLE PIERROT La version qui n'intéresse personne

Thomas Schlesser

THOMAS SCHLESSER Les yeux de Mona

Guillaume Musso

GUILLAUME MUSSO Quelqu'un d'autre

Ana Huang

ANA HUANG Twisted T.4: Twisted lies

bottom of page