• yann

Momentaliste

parti l'où a l'état-civil indécis,

il ouvre les portes, il explore,

« l'impertinent » disait-on

quand apparaissait sa singularité.

Explorer, rencontrer,

la joie tatouée aux côtes,

et fuir l'insularité

Dormir avec un gilet kevlar

non loin du pont de Mostar

à la lueur de balles traçantes.

Dormir à la cloche de bois

sur le chemin de Saint-Jacques,

à contenir la foi chahutante

il est conté dans de volatils

légendes nomades

des témoins annoncent

le camarade sur un marché,

non loin du Nil, à se procurer

une bible éthiopienne contre

une bague du Ouaddaï

À s'enivrer de thé à la cannelle

à la cité du Lion de Sigirîya,

À humer les amandiers en fleurs

au pays du Lion du Panschir,

des jardins d'avant Le Nôtre

À la saison des tulipes,

depuis la cité stambouliote,

rapportant kilims & musique sufi,

il tente, sur la flamme olympique,

de souffler.

Au frimas de l'automne,

depuis washington square

rapportant passions & futur

ils occupent wall street

we are 99%

l'heure du muezzin,

à la cité nabatéenne

un vestige nommée Merveille

ou sous les alizées,

sa vie océanienne

un vestige évangélicoloniale

Il habite là où les premiers flocons

re-recouvrent le cadavre de

Mister Jack et ses citrouilles,

Il se souvient de la saison des litchees

et revoir à la barrière de corail

le Pèr'Noël surfer avec sa hotte.

il s’est immergé en Béthanie

il a enlacé l’Arbre de Bouddha

à fondre les étendards

en banderole multicouleurs

reliant les regards.

Candide, à l'allure

amblière et arboricole

sculptée au yoga

et aux sacs de cacao, dans

un·e proxi·mâle esthétique

il rêve et voyage en Rimbaldie

0 vue
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2019 Éditions Parenthèses