Mercredi, métro Azur

Le dernier wagon du métro. Une voiture Azur. Il est deux heures. Elle est grande. D’une main, elle se tient à la barre de la porte. Très droite, mais aussi inclinée sur la gauche. Jupe-culotte mini noire. Blouse blanche de coton nouée sur le devant. L’iPhone dans la main droite, qui tient également une paire de lunettes de soleil. À l’épaule, un sac de coton blanc orné de dessins de petits électroménagers. Les cheveux bruns attachés très haut sur la tête en queue de cheval. Elle regarde l’écran et parle. Elle a une voix jolie et claire. Forte. Au cou, une fine chaînette d’or avec un petit pendentif serti d’une pierre verte. Ceinture de cuir beige.

Station Jean-Talon. Elle sort. Sur le sac, je lis le mot « librairies ». Elle se dirige vers le passage pour la tour Bell.

11 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le voilier

À l’horizon, il filait sur cet éclat doré, apportant dans son sillage les ricochets du temps. Poussé par le vent silencieux, son passage emportait tous les mots. Les regards s’éclairaient d’admiration

Métaphore de Ève Charette

Métaphores de Ève Charette Dans une danse guerrière, le voleur au grand cœur, braconnier de mes nuits devenues si courtes, affrontant le tumulte par ses flèches empoisonnées bout à bout d’un élixir ap

La madeleine de Marie-José

Dès l’âge de deux ans, je grandis en Afrique où mon père exerça sa carrière dans les Travaux publics pendant deux décennies. Les retards dans les travaux n’étant pas choses d’exception et les frais de

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses