top of page

Ma vie de babouine

CHABOT, Marcela. Née en 1962 à Buenos Aires. Elle a grandi dans un milieu bourgeois, athée, cosmopolite et intellectuel juif. Elle suivait ses parents, Alfonzo Chabot, homme de lettres et juriste, et Luiseta (née Marmen), comédienne et dramaturge, durant leurs nombreux déplacements à travers les grandes villes d’Amérique du Sud et d’Europe. Dès son plus jeune âge, elle s’est intéressée à la condition des peuples opprimés, notamment par son activisme déjà remarquable à l’école primaire où elle a fondé un groupe de lecture des écrits de Gramsci, Lénine et Marx. Précoce, à l’âge de 10 ans elle avait traduit les écrits de Boukharine en Mapudungun. C’est après une rencontre avec mère Teresa au début des année 80, lors d’un séjour de la famille à Kolkata, qu’elle fut attirée par les valeurs spirituelles chrétiennes et débuta le processus de conversion. A l’âge de 18 ans, elle prit le voile et œuvra auprès des Missionnaires de la charité dont elle ouvrit une franchise à Bogotá. Après une idylle avec mère Teresa qui fit sensation, elle quitta la vocation et, sous les conseils d’une amie révolutionnaire employée à Monsanto, qui était par ailleurs l’amante de sa mère, elle rejoignit la firme à titre de conseillère spéciale auprès du PDG sur les questions indigènes. Durant cette période, elle séjourna à Harvard où elle obtint un MBA et expérimenta l’héroïne. Devenue Junkie, ses parents la retrouvèrent dans les rues de Manille quelques années plus tard. C’est pendant sa cure de désintoxication dans les Laurentides canadiennes qu’elle écrivit son livre, « Ma vie de babouine ». Elle se défenestra et mourut à Çatal Höyük en Turquie en 2019. Son livre phare qui décrit les tribulations imaginaires de sainte-Bernadette Soubirous en 2050 reçu de nombreux prix en 2010 (Pulitzer, Académie française, Booker, Cervantes). Bien que ses autres romans et poèmes aient eu moins de retentissement, son œuvre littéraire est la plus étudiée dans les universités de langues indigènes dans les Amériques et en Asie.

56 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

Comment s’appeler Brigitte Gervais sans trop sourciller

Sortie des entrailles d’une mère excentrique à la fin des années 1970 le long du fleuve Saint-Laurent en territoire hautement patriotique, Brigitte Gervais s’identifie à l’iconique combattante Madelei

Marie-Quelquechose

Il y a souvent mépris, soit pour la personne elle-même, soit pour la seconde partie de son prénom : Ève, Claire, Josée, Christine, Pierre, Andrée.... Marie-Quelquechose. À quoi bon prendre le temps d'

2 Comments


Marie-Eve Cormier
Marie-Eve Cormier
Feb 25, 2020

Très jubilatoire ! Le parcours fantasmé est ici un voyage épique dans les cercles intellectuels et les contrées exotiques !

Like

Hahaha ! Voilà un parcours bien inspirant ! Biographie impeccable (qu'on espère exhaustive !).

Like
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
PALMARÈS DES MEILLEURES VENTES AU QUÉBEC

Cliquez pour commander
Joël Dicker

JOËL DICKER Un animal sauvage

Jean-Philippe Pleau

JEAN-PHILIPPE PLEAU Rue Duplessis: ma petite noirceur

Patrick Sénécal

PATRICK SÉNÉCAL Civilisés

Louise Tremblay D'essiambre

LOUISE TREMBLAY-D'ESSIAMBRE À la croisée des chemins T.4: chacun sa route

Alex A

ALEX A L'univers est un ninja T.6: Le livre rouge

Valérie Chevalier

VALÉRIE CHEVALIER Les certitudes vagabondes

Morgane Montcomble

MORGANE MONCOMBLE Seasons T.2: Un hiver pour te résister

Dany Laferrière

DANY LAFERRIÈRE Un certain art de vivre

Guillaume Musso

GUILLAUME MUSSO Quelqu'un d'autre

Joël Martel

JOËL MARTEL Comme un long accident de char

bottom of page