Métaphore de Ève Charette

Métaphores de Ève Charette

Dans une danse guerrière, le voleur au grand cœur, braconnier de mes nuits devenues si courtes, affrontant le tumulte par ses flèches empoisonnées bout à bout d’un élixir aphrodisiaque pouvant se boire, se lécher, s’humer aussi permettant un parfum sur la peau impossible à affadir.


Incitant ainsi, l’insurrection de mon côté rationnel, produisant des émeutes d’interdiction et forçant le justicier à redistribuer enfin la richesse de ma vie. D'un élan fort, il détroussa les anciens nantis d’un ennui précaire qui vivaient à l’intérieur de moi depuis trop longtemps tout de même.

.

Sans retour mon indigente pauvreté devint permise et la Marianne en moi fit irruption, guida avec elle mon Robin des bois pour sa divine volupté.


26 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

sentiments contradictoires

— Je ne suis pas les autres ! reprit-elle alors qu’il ouvrait la bouche. Je refuse de me conduire comme eux… À partir d’aujourd’hui, tu seras obligé de me parler ! Agadonne, qu'on nommait aussi Heishi

Qui suis-je?

Je valse avec vous, pour quelques minutes ou près d’un siècle. On cesse de me calculer à l’instant où le tambourin se tait. Trop tôt et subitement. Très tard et lentement. Au début de votre histoire,

Diane Dubeau_Histoire de Pâques

J’ai vu un cardinal sauter en parachute. J’étais étendue dans un pré qui était garni de cocos gigantesques. C’était le pré de Pâques, où l’on élève des lapins. Vous connaissez peut-être cet endroit fa

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
POUR RECEVOIR LA LISTE HEBDOMADAIRE DES NOUVEAUTÉS ET ACTIVITÉS LITTÉRAIRES, INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses