Logorallye de CB

Les fêtes de fin d’année ont toujours été pour moi une source de stress extrême.

Mon esprit ne se met pas aisément en mode de réjouissance lorsque celle-ci paraît obligatoire et j'ai beaucoup de mal à endurer les attentes aux portes, à l’arrivée comme au départ, les avant-bras chargés de cadeaux qui pour la plupart proviennent de Chine et ne serviront probablement jamais à rien d’autre qu'encombrer un coin de la maison, les interminables repas où l’on se gave bien plus que de raison de mets restés sur la table trop longtemps pour qu’on puisse se régaler en toute confiance, les discussions sans saveur des débuts de soirée où chacun fait trop attention à ce qu’il dit et celles, volcaniques, débutant lorsque l’alcool interdit toute considération pour les opinions que l’on ne partagent pas, les pots d’échappement qui crachent leur toxines le temps que tous et chacun aient enfin reçu tous les baisers d’aurevoir, les gueule de bois des lendemains de veille que j'attribue d’ailleurs plus à l'énergie déployée pour survivre aux dites soirées qu’à la quantité somme toute minime d’alcool ingéré tant j'ai peur de commettre un impair… 

On pourra m'accuser de crime de lèse-fêtes, me pourfendre de regards méprisants, s’inquiéter de ma santé mentale, peu me chaut… En ce 3 janvier, je le clame et le proclame : Ouf ! Fini pour cette année et vivement le temps des terrasses ensoleillées !



Les 7 mots aléatoires générés :

Échappement   Esprit   Crime   Avant-bras   Confiance   Terrasses   Chine

5 vues
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2020 Éditions Parenthèses