top of page

Lipogramme d'une fausse biographie

Danny n’avait jamais appris à garnir un chaudron pour nourrir son corps imposant. Aussi s’installait-il trois fois par jour au comptoir du boui-boui du coin afin d’assouvir sa faim sans trop s’appauvrir, un patron complaisant, au surplus son ami, y offrant un choix inouï pour un coût qui battait à coup sûr tout tarif au pays. Son chocolat du matin, chaud ou froid, ravissait tout un chacun, surtout si on l’accompagnait d’un chausson aux fruits frais (parfois aussi incongrus qu’ananas ou kiwi), d’un croissant au lard croustillant, d’un tapioca au citron, d’un bol d’avocats aux poivrons forts ou du consistant jambon-bacon sur lit d’oignons frits. Du midi au soir, sans discontinuation, sa pizza s’ornait d’anchois, saucisson, salami, poivrons, oignons, champignons... suivant vos goûts, mais avait surtout pour ambition, ainsi qu’un gros sandwich tout garni (sans aucun choix) d’assouvir l’idiot qui va, voit, vit “fast-food”, tandis qu’aux vrais gourmands il proposait un bouilli fort garni, un poisson au curcuma fin à souhait, un couscous royal, un coq au vin au parfum grisant, un ravioli maison qui ravirait un napolitain ou du ragoût honorant la tradition. 

Sûr d’avoir mon approbation (j’ai paraît-il un fin palais), Danny m’y invita un soir, associant l’absorption d’un plat du boui-boui à un quasi coït. Trahissant mon goût pour la chair mais aussi mon inclination pour son humour subtil, son tact poli, sa compassion, son amour pour l’humain, j’opinais. 


Tout alla sans aucun hic. J’applaudis aux plats puis congratulai l’artisan, insufflant du coup à mon ami un cran dont il manquait à l’occasion. À la disparition d’un importun traînard, Danny proposa à l’amphitryon, ravi, d’ouvrir pour nous trois un bon whisky.  L’alcool aidant, il osa s’ouvrir à moi sur son ambition à m’avoir pour flirt... ou plus. N’ayant pourtant bu qu’un soupçon, j’approuvai la proposition.


Nos corps à l’unisson, nous avons fini blottis dans son lit.


Puis son copain cuisto l’aida à approfondir l’art du fricot afin qu’il ait tout à sa disposition pour toujours assouvir ma faim. Dix-huit ans d’amour ont suivi.

14 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

Comment s’appeler Brigitte Gervais sans trop sourciller

Sortie des entrailles d’une mère excentrique à la fin des années 1970 le long du fleuve Saint-Laurent en territoire hautement patriotique, Brigitte Gervais s’identifie à l’iconique combattante Madelei

En pause

Salut! Je suis en pause pour le moment. Mes deux livres exliquaient le logiciel Page Maker, logiciel en édition électronique et ils ne sont plus disponibles. Cela dit, j'ai surtout écrit en éducation

la photo

Un petit farfadet tout de vert habillé regarde mais quoi? vers quoi? Cette fillette de trois ans porte une très longue queue. Elle pose un regard fixe sur l'environnement. Rien ne l'étonne, tout la fi

2件のコメント


Ginette  Chicoine
Ginette Chicoine
2019年9月12日

On dirait que tout coule de source.

いいね!

Marie-Eve Cormier
Marie-Eve Cormier
2019年9月12日

Très beau tour de force, dense et réjouissant. Et quel humour !

いいね!
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
PALMARÈS DES MEILLEURES VENTES AU QUÉBEC

Cliquez pour commander
Patrick Sénécal

PATRICK SÉNÉCAL Civilisés

Alex A

ALEX A L'univers est un ninja T.6: Le livre rouge

Dany Laferrière

DANY LAFERRIÈRE Un certain art de vivre

Thomas Schlesser

THOMAS SCHLESSER Les yeux de Mona

Guillaume Musso

GUILLAUME MUSSO Quelqu'un d'autre

Joël Martel

JOËL MARTEL Comme un long accident de char

Hélène Raymond

HÉLÈNE RAYMOND Portraits du Saint-Laurent

Denis Fortier

DENIS FORTIER Plus jamais malade

Élise Gravel

ÉLISE GRAVEL Le fan club des microbes

Stephen King

STEPHEN KING Holly

bottom of page