top of page
  • j.seney

Les contrastes de Jo du lac

L'automne en avril


«En avril, ne te découvre pas d’un fil.» La journée appelle bien ce dicton et c’est vêtu d’un lourd chandail de fine laine que je sors sous le ciel d’un gris lumineux. Les arbres sont en bourgeon. Des bourgeons rouges comme les feuilles d’automne. Il y en a même qui tombent, emportés par le vent frissonnant, qui laisse un doux parfum dans son sillage. Une volée de canards s’élance dans le ciel. Je ne sais pas où ils vont.


Moi, j’irais au Sud me réchauffer les os. Là, où le soleil est cruel et fiévreux.

En avril, la nature me bouscule. Elle est incertaine et jette de la poudre aux yeux. Sa pluie froide et drue comme en novembre donne pourtant à la terre une douche de bonheur. Le soleil et la lune se disputent la voute céleste et rivalisent pour une place au panthéon du petit matin. Le soleil de minuit attire les moustiques et les crapauds.


Moi, je pense aux jumeaux, dans quelques jours, ce sera leur anniversaire.

Paul est né le premier.

Luce a pris quelques minutes de plus pour se montrer le bout du nez.

Encore aujourd’hui elle aime se faire attendre. Fière, audacieuse, rien ne l’arrête. Elle avance dans la vie comme un météore flamboyant, bousculant tout sur son passage. Les deux pieds bien ancrés dans l’adolescence, elle se nourrit de chimères et de chips au vinaigre.


Paul est plutôt un garçon solitaire qui fixe son esprit sur un monde cosmique. Un astéroïde perdu dans un espace contenu. Timide et insécure, il se replie dans son imaginaire, subjugué par la terreur d’une invasion extra-terrestre. Il peine à trouver son identité, sa place dans le monde réel. Il mange peu sauf s’il s’agit de ses émotions.


L’année après leur naissance, leur mère tomba malade. Elle voulait tellement les voir grandir. Ils étaient sa vie. Ils entamaient à peine leur printemps alors qu’elle avançait doucement vers son automne. La rage de vivre lui donna des forces, mais au fil des saisons, elle s’étiola. Elle est partie un jour après leur septième anniversaire.

Partie comme une feuille d’automne par une journée au froid mordant.

C’est dur de mourir au printemps.

20 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

Comment s’appeler Brigitte Gervais sans trop sourciller

Sortie des entrailles d’une mère excentrique à la fin des années 1970 le long du fleuve Saint-Laurent en territoire hautement patriotique, Brigitte Gervais s’identifie à l’iconique combattante Madelei

En pause

Salut! Je suis en pause pour le moment. Mes deux livres exliquaient le logiciel Page Maker, logiciel en édition électronique et ils ne sont plus disponibles. Cela dit, j'ai surtout écrit en éducation

la photo

Un petit farfadet tout de vert habillé regarde mais quoi? vers quoi? Cette fillette de trois ans porte une très longue queue. Elle pose un regard fixe sur l'environnement. Rien ne l'étonne, tout la fi

2 Kommentare


Tout le texte non seulement retient l'attention il donne le goût de poursuivre une lecture si agréable.

Il y a un élan certain, un rythme. Bravo!

Gefällt mir

Très beau texte.

Gefällt mir
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
PALMARÈS DES MEILLEURES VENTES AU QUÉBEC

Cliquez pour commander
Joël Dicker

JOËL DICKER Un animal sauvage

Jean-Philippe Pleau

JEAN-PHILIPPE PLEAU Rue Duplessis: ma petite noirceur

Patrick Sénécal

PATRICK SÉNÉCAL Civilisés

Louise Tremblay D'essiambre

LOUISE TREMBLAY-D'ESSIAMBRE À la croisée des chemins T.4: chacun sa route

Alex A

ALEX A L'univers est un ninja T.6: Le livre rouge

Valérie Chevalier

VALÉRIE CHEVALIER Les certitudes vagabondes

Morgane Montcomble

MORGANE MONCOMBLE Seasons T.2: Un hiver pour te résister

Dany Laferrière

DANY LAFERRIÈRE Un certain art de vivre

Guillaume Musso

GUILLAUME MUSSO Quelqu'un d'autre

Joël Martel

JOËL MARTEL Comme un long accident de char

bottom of page