Le soleil et les grenouilles

A la lecture de ce titre, je chavire, je perds l’équilibre en imaginant mon cerveau coupé en deux. Cerveau droit, cerveau gauche! Un chou-fleur, un cèleri rave, d’accord. Des tripes, des rognons, ça passe moins bien. Des filaments teintés de rose, une membrane sanguinolente, quelques vaisseaux grisâtres, des circonvolutions de matière molle, à soulever le cœur! Et c’est cet organe, dit noble, qui est le siège de nos pensées, de notre mémoire et de notre intelligence. Tiens, je note à soulever le cœur; je ne suis pas si sensible que ça, moi la fille logique. Alors, comment écrire un texte sur ce thème? Je feuillète un peu au hasard et Jean La Fontaine retient mon attention par cette fable :

Le Soleil et les Grenouilles Aux noces d'un Tyran, tout le Peuple en liesse Noyait son souci dans les pots.. Esope, seul, trouvait que les gens étaient sots De témoigner tant d'allégresse. Le Soleil, disait-il, eut dessein autrefois De songer à l'hyménée. Aussitôt on ouït d'une commune voix Se plaindre de leur destinée Les Citoyennes des étangs. ``Que ferons-nous, s'il lui vient des enfants?`` Dirent-elles au Sort, ``Un seul Soleil à peine Se peut souffrir, Une demi-douzaine Mettra la mer à sec et tous ses habitants. Adieu joncs et marais : notre race est détruite Bientôt on la verra réduite A l'eau du Styx.`` Pour un pauvre Animal, Grenouilles, à mon sens Ne raisonnaient pas mal.

FIN DE LA FABLE


Cette fable illustre la confrontation des deux hémisphères cérébraux .lorsqu’une situation nécessite une prise de décision; tantôt la raison et la sagesse nous guident, résultat de l’hémisphère gauche qui est rationnel, analytique et logique; Tantôt nos sentiments, nos émotions de joie ou de peine, voire de colère, nous entraînent; c’est le cerveau droit (hémisphère droit) émotif, sensible qui prend le dessus. Sur la route 2020, nous avons avancé à petits pas, à reculons parfois, sans remuer d’air, pour éviter d’empirer la propagation de la COVID. Ainsi, dix mois ont passé sous le signe de Sainte-Tortue-de-la-Sagesse. Tous espèrent une trêve de fin d’année comme on s’y attend en temps de guerre.


Aujourd’hui,1er décembre, où en est-on ? Le tiraillement commence entre le cœur et la raison.

Le balancier du Cerveau droit et du Cerveau gauche oscille sans arrêt; il n’y a pas de gagnant / perdant. Lorsqu’on choisit, on Renonce aussi.

Dans le contexte actuel, nos traditions et nos rituels doivent céder le pas au principe de précaution. ATTENTION, il s’agit de ne pas créer de propagation; or, pour propager il faut côtoyer, se mêler, embrasser, perdre le contrôle sur le petit virus.

Tout comme les grenouilles se réjouissent spontanément des fêtes royales, leur rigueur les met en alerte. Il est intéressant de remarquer que la dualité de notre cerveau s’est reproduite au niveau du groupe. Un cerveau équilibré possède la panoplie d’émotions et de logique, de sagesse, de raisonnement, pour s’auto-protéger face aux aléas de la vie.

Ma joie égoïste de passer Noël avec mes sept petits-enfants, les trois jeunes couples et nous les grands-parents, est légitime mais insensée. Une voix en moi, ma conscience, mon bon sens, me souffle de repousser cette tentation. (Cerveau gauche) Au diable les sentiments et le plaisir, l’enjeu est d’ordre MONDIAL. On ne va pas balayer 10 mois de lutte, pour que l’ennemi frappe plus fort. . (Cerveau.gauche)

La musique reste en sourdine, et la frénésie manque à l’appel. . (Cerveau droit) C’est normal d’accuser le coup lorsque nos richesses (les mares des grenouilles) sont en danger. (Cerveau droit)


Pourtant, on y a cru : aussitôt les sorcières et fantômes de l’Halloween volatilisés, aussitôt furent installées les guirlandes et les lumières . (C.droit) L’enthousiasme a passé son tour cette année. (C.droit)

Les plus anciens sont optimistes ; combien de fois ont-ils vu le phénix renaitre de ses cendres ?

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le voilier

À l’horizon, il filait sur cet éclat doré, apportant dans son sillage les ricochets du temps. Poussé par le vent silencieux, son passage emportait tous les mots. Les regards s’éclairaient d’admiration

Métaphore de Ève Charette

Métaphores de Ève Charette Dans une danse guerrière, le voleur au grand cœur, braconnier de mes nuits devenues si courtes, affrontant le tumulte par ses flèches empoisonnées bout à bout d’un élixir ap

La madeleine de Marie-José

Dès l’âge de deux ans, je grandis en Afrique où mon père exerça sa carrière dans les Travaux publics pendant deux décennies. Les retards dans les travaux n’étant pas choses d’exception et les frais de

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses