La page fendue de Jo du Lac

( À partir de « La foi du braconnier » Marc Séguin) Page 70.

* Pas facile de prendre la plume à la suite de Marc Séguin. Mais, je ne regrette pas l'exercice.

Fin octobre, il fait froid et les nuages gris glissent

sur le ciel mais latéralement, presque comme s’ils couraient

car il vente fort. Tout près d’une vallée perdue

dans ce continent du Midwest américain coincée par les masses

montagneuses, les prairies offrent au tourbillon des

milliers de kilomètres pour prendre son envolée.

Ici les nuages ne se vident jamais du paysage céleste. Ils s’accrochent.

J’ai fait tellement d’argent, plus encore

les dernières années avec la contrebande des produits de tabac que

je m’en suis dégoûté. Plus rien qui m’intéressait.

Les compagnies étaient de la partie. Tous attendaient l’heure

du départ des camions de livraison blues et rouge que

les gars d’Akwesasne volaient sans problèmes

par un signe de la main au chauffeur récompensé secrètement

par quelques cadres de l’usine aux États-Unis. On camouflait

la cargaison pour une heure, le temps de passer la frontière.

On s’occupait de « sauter » les douanes aux heures creuses.

Juste en face d’une ville canadienne.

Sur le lac Saint-François, vis-à-vis de la réserve indienne.

Et on apportait des cartons de cigarettes par centaines

de nuit à Sainte-Barbe et ailleurs au Québec pour

les revendre à gros prix à des dealers de différentes réserves

ou à des Blancs, directement dans les magasins de la route…

J’ai eu quatre voitures payées par cette contrebande dont

une Ferrari Modena 360, rouge avec des « mags » chromé noir.

Un tape-cul raide et sec que j’ai planté dans le salon

d’un gars à qui j’ai refilé mon business et qui tardait à me payer.

Philosophiquement c’était une caisse qui posait problème

parce que l’envie des autres à en posséder une attirait la

familiarité que je commençais à ne plus supporter.

À tous les carrefours, des gens se précipitent, le bolide les attire,

ils t’incitent à faire tourner la machine et à partir sur les chapeaux de roues.

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le voilier

À l’horizon, il filait sur cet éclat doré, apportant dans son sillage les ricochets du temps. Poussé par le vent silencieux, son passage emportait tous les mots. Les regards s’éclairaient d’admiration

Métaphore de Ève Charette

Métaphores de Ève Charette Dans une danse guerrière, le voleur au grand cœur, braconnier de mes nuits devenues si courtes, affrontant le tumulte par ses flèches empoisonnées bout à bout d’un élixir ap

La madeleine de Marie-José

Dès l’âge de deux ans, je grandis en Afrique où mon père exerça sa carrière dans les Travaux publics pendant deux décennies. Les retards dans les travaux n’étant pas choses d’exception et les frais de

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses