La guerre des plantes

Mis à jour : 26 août 2019

La page fendue de Sylvie.


A la fois flatté par cette / façon de le faire et de le

dire, un peu pris en tra / ître par cette dure attaque. A ce

moment la présence / d’un dromadaire ne soulève pas la

moindre objection mais / lorsque plus tard la situa-

tion terminée et enfin tou /te calmée, ne dégénèrera plus. Le dé-

lai me parut soudain affreu /sement réel. Que faire de plus?

Je décidai pour l’avenir de/ garder le dromadaire pour améliorer un mo-

ment mes réflexes.


Par bonheur, je conserve/ précieusement depuis toujours avec

moi une collection de pet/ites épées et hallebardes très tranchan-

tes propices aux situations/ critiques. Comme celle qui s’annonce.

On raconte qu’au co/mmencement des hostilités au début de la

guerre, lorsque le génér/al Patton décidait de libérer les lieux, il

poussait les Allemands ve/rs des marécages pleins de plantes carnivores. Il

prit possession de Venise/ sans peine. Dès son entrée sur un dromadaire en

ville une passation de pou/voir eu lieu. Les plantes et le dromadaire furent décorés...


22 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout

La page fendue de ChicoineL

Je courus une heure, me retournant, moult fois traver- sant plusieurs quartiers. J’avais juste envie de ne pas les recroiser, j’entendais leurs pas, le souffle me manqua, j’avais les

La page fendue de Nathalie

Séguret est parti comme font les soldats après avoir livré bataille. --- Je tiens juste à vous préciser qu'ils étaient quatre. Ce n'est pas parce qu'ils sont des insom- niaques et des noctambules, qu'

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2019 Éditions Parenthèses