top of page
  • Photo du rédacteurJo

L'éveil

Revenir à la vie…


Ses yeux refusent d’en fournir l’effort.


À quoi bon s’ouvrir encore?


La nuit devrait lui sceller les paupières pour de bon.


Les draps rêches, humides de mauvaise sueur, collent à sa peau— se déplier, s’extirper d’eux est une bataille récurrente : Prière muette (pour une fois, mon Dieu) d’en rester prisonnier.


Souffrance.


Ses pieds roulent plus qu’ils ne marchent. Leurs articulations, usées comme la trame laineuse couvrant le plancher crasseux, protestent. Il urine debout, sans viser, dans un état second. Le jet chaud éclabousse le pourtour de la faïence cloutée de rouille. Il s’en fout. Au sol, une souillure aqueuse et nauséabonde efface le motif des tuiles. La brosse à dent sur le coin de l’évier se couvre d’un duvet blanchâtre, tout comme son menton hirsute, reproches du temps passé à se négliger.



Entre les rideaux défraîchis, un ciel Pupille atone s’embrasant dans le reflet

jaunâtre lui tombe sur la gueule sur fond du voyant rouge. Crépitement liquide

d’asphalte monocorde. Partout, des sur les parois de verre de la carafe.

cadavres métalliques aux teintes criardes. L’odeur fade et grasse soulève le cœur.

Des mouettes bruyantes tournoient Nu, tasse à la main, il se prosterne

au-dessus du parking mouillé. Les nuages devant l’écran du portable.

sont là pour rester. Pression distraite sur le Aucune hâte d’apprendre les dernières

bouton « ON » de la cafetière. frasques présidentielles.


Y a-t-il encore quelqu’un pour s’en indigner? Résigné, il plonge tête première vers l’écran plat.

Il en restera prisonnier jusqu’à la dernière goutte.


14 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comment s’appeler Brigitte Gervais sans trop sourciller

Sortie des entrailles d’une mère excentrique à la fin des années 1970 le long du fleuve Saint-Laurent en territoire hautement patriotique, Brigitte Gervais s’identifie à l’iconique combattante Madelei

En pause

Salut! Je suis en pause pour le moment. Mes deux livres exliquaient le logiciel Page Maker, logiciel en édition électronique et ils ne sont plus disponibles. Cela dit, j'ai surtout écrit en éducation

la photo

Un petit farfadet tout de vert habillé regarde mais quoi? vers quoi? Cette fillette de trois ans porte une très longue queue. Elle pose un regard fixe sur l'environnement. Rien ne l'étonne, tout la fi

1 comentário


Un texte dur et triste, quoique très poétique. Les émotions sont bien rendues et ce personnage est touchant.

Curtir
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
PALMARÈS DES MEILLEURES VENTES AU QUÉBEC

Cliquez pour commander
Jean-Philippe Pleau

JEAN-PHILIPPE PLEAU Rue Duplessis: ma petite noirceur

Joël Dicker

JOËL DICKER Un animal sauvage

Éric-Emmanuel Schmitt

ÉRIC-EMMANUEL SCHMITT La traversée des temps T.4: la lumière du bonheur

Sophie Grégoire Trudeau

SOPHIE GRÉGOIRE TRUDEAU Entre nous: mieux se connaître, mieux s'aimer

Patrick Sénécal

PATRICK SÉNÉCAL Civilisés

Cédric Sapin-Defour

CÉDRIC SAPIN-DEFOUR Son odeur après la pluie

Emmanuelle Pierrot

EMMANUELLE PIERROT La version qui n'intéresse personne

Thomas Schlesser

THOMAS SCHLESSER Les yeux de Mona

Guillaume Musso

GUILLAUME MUSSO Quelqu'un d'autre

Ana Huang

ANA HUANG Twisted T.4: Twisted lies

bottom of page