top of page

En désordre et en dilettante

Virginie Stinat, enseignante, autrice, chanteuse, comédienne, herboriste et clairvoyante (dans le désordre et en dilettante)

Virginie Stinat, nait à Dreux, Eure-et-Loir, France lors d’une année érotique. Éprouvant dès le plus jeune âge un malaise géographique, elle porta d’abord son dévolu sur un exil austral qui se solda rapidement par un échec. Elle entreprit ensuite, malgré son allergie au froid, une démarche d’immigration en direction des neiges canadiennes. Elle débarqua un soir d’avril frisquet sur la rive sud de Montréal avec pour seul bagage un sac à dos rempli de doutes et souhaita repartir aussitôt de ce pays où le printemps n’existait pas. Pour se réchauffer et passer le temps, elle s’engouffra dans un diplôme en enseignement alors qu’elle s’était toujours promis de ne jamais devenir prof. La même année, elle tomba en amour avec un Québécois qui lui apparut dans son aura, tandis qu’il sirotait son whisky dans un pub écossais. Affligée d’une sérieuse myopie, elle le reconnut pourtant comme l’homme de sa vie. Parallèlement à une existence de cigale en danses et en chansons, la fourmi en elle acheta maison et chat et produit deux enfants. Quelques décennies plus tard, elle se réveilla de sa torpeur, écrivit quatre romans et s’installa dans une roulotte stabilisée sur un terrain en Estrie évitant ainsi de mourir à 64 ans dans une voiture rouge comme elle l’avait toujours prédit. Elle continua jusqu’à la fin à donner dans sa caravane des cours de français en alternance avec des séances de chiromancie et des formations en herboristerie. Son décès subi à 94 ans fut probablement causé par une ingestion de conium maculatum, plante extrêmement toxique, qu’elle aurait confondue avec la daucus carota dont elle utilisait souvent les feuilles pour en concocter une infusion purificatrice. Elle mourut empoisonnée, mais sédentaire et heureuse.


28 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

Comment s’appeler Brigitte Gervais sans trop sourciller

Sortie des entrailles d’une mère excentrique à la fin des années 1970 le long du fleuve Saint-Laurent en territoire hautement patriotique, Brigitte Gervais s’identifie à l’iconique combattante Madelei

Marie-Quelquechose

Il y a souvent mépris, soit pour la personne elle-même, soit pour la seconde partie de son prénom : Ève, Claire, Josée, Christine, Pierre, Andrée.... Marie-Quelquechose. À quoi bon prendre le temps d'

2 Comments


Belle utilisation des images pour un texte plein d'humour !

Like
Virginie Stinat
Virginie Stinat
Apr 10, 2021
Replying to

Merci Corinne! Premier exercice de ce style pour moi: je me suis amusée...

Like
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
PALMARÈS DES MEILLEURES VENTES AU QUÉBEC

Cliquez pour commander
Jean-Philippe Pleau

JEAN-PHILIPPE PLEAU Rue Duplessis: ma petite noirceur

Joël Dicker

JOËL DICKER Un animal sauvage

Éric-Emmanuel Schmitt

ÉRIC-EMMANUEL SCHMITT La traversée des temps T.4: la lumière du bonheur

Sophie Grégoire Trudeau

SOPHIE GRÉGOIRE TRUDEAU Entre nous: mieux se connaître, mieux s'aimer

Patrick Sénécal

PATRICK SÉNÉCAL Civilisés

Cédric Sapin-Defour

CÉDRIC SAPIN-DEFOUR Son odeur après la pluie

Emmanuelle Pierrot

EMMANUELLE PIERROT La version qui n'intéresse personne

Thomas Schlesser

THOMAS SCHLESSER Les yeux de Mona

Guillaume Musso

GUILLAUME MUSSO Quelqu'un d'autre

Ana Huang

ANA HUANG Twisted T.4: Twisted lies

bottom of page