Conte du pourquoi de Rabenje Margouillat

De son repère au sommet d’une fleur à la tige en émeraude verte couronnée de pétales rubis située à l’orée du parc des Cristaux, Vénérable somnole. C’est le plus âgé des lémuriens Aye Aye.


Il distingue dans le parc des Cristaux deux groupes de congénères bruyants. Il aperçoit les cheffes alpha qui règnent sans partage sur leurs troupes respectives.


Je suis Vénérable, un lémurien Aye Aye. Etant le plus vieux de ma tribu, je suis le lien avec les ancêtres Aye Aye. Faisonsconnaissance, propose-t-il.


La femelle alpha du groupe de couleur brun et gris à queue rayée se présente en premier.


Nous sommes les Maki Catta arrivés depuis peu du Sud. Appelle-moi Catta.


La femelle alpha du deuxième groupe au poil blanc soyeux se présente à son tour.


Nous venons aussi du Sud et nous sommes des Sifakas Soyeux. Je suis Soyeuse.


Vénérable observe les deux cheffes qui se toisent. Les autres regardent émerveillé la forêt et la flore du parc en quartz,saphir, béryl bleu, tourmaline et rubis entre autres.


Des arbres géants fossilisés gisent couchés. Le sol est en graphite gris et en feuille de mica doré.


Tous les bambins jouent avec les paillettes de graphite, mais se méfient des feuilles de mica qui sont tranchantes.


D’où venez-vous? Quand êtes-vous arrivé? demanda Vénérable.


Nous sommes arrivés récemment du Sud le l’île par bateau de croisière. Nous avons longé l’île et nous avons remarqué que la planète est plate et que l’île est une ligne droite, expliqua Soyeuse.


Impossible, répliqua Catta. Arrivant du sud après avoir fait le tour de la planète dans une capsule spatiale, j’ai constaté que la planète est une boule, la courbure de l’horizon en témoigne. Nous avons aussi remarqué que l’île n’est pas une ligne droite, mais une surface plus ou moins circulaire.


Soyeuse en alpha qui n’accepte pas d’être défiée, s’emporta.


Notre navire n’a jamais changé de cap, on avançait en ligne droite et on n’est jamais descendu d’un côté de la prétendueplanète pour remonter de l’autre côté. Elle est donc plate et en ligne droite.


Vénérable voulant éviter une confrontation, prit en main la réunion et demanda aux jeunes de lui poser des questions.


Ces derniers ont tous remarqué des différences morphologiques avec Vénérable.


Un bambin Maki lui demande si ses immenses oreilles sont des ailes pour voler au-dessus du parc.


Vénérable amusé lui répond que non, mais qu’elles lui permettent de repérer les larves cachées dans les troncs d’arbres pour les attraper.


Un ado de la bande Sifaka a constaté qu’il a des doigts très longs, mais surtout celui du milieu qui est aussi très étroit.


A quoi sert-il?


Vénérable qui est fier de cette particularité, lui réplique.


Ce doigt me sert à tapoter sur l’écorce pour repérer les larves. Lorsqu’il y en a une, le son est différent.


Un ado Sifaka malicieux lui demande si ce doigt lui sert à chercher par son nez les larves qu’il a cachées dans sa tête.


Éclats de rire des jeunes et de Vénérable.


Non, je ne fais pas de provisions dans ma tête.


Autre question posée.


Pourquoi as-tu des incisives de rat? Celles des lémuriens sont normales.


Pour faire un trou dans le bois et passer mon doigt du milieu, expliqua Vénérable.


Un autre ado lui demande si Darwin est son ami.


Non heureusement, répond Vénérable. Si je l’avais rencontré, il m’aurait peut-être formolé pour me montrer à ses amis.


En conséquence, Catta et Soyeuse conclurent que les lémuriens Aye Aye sont des primitifs, car depuis des millions d’années, ils n’ont pas évolué morphologiquement comme eux.


Zéro pour Darwin.

10 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

sentiments contradictoires

— Je ne suis pas les autres ! reprit-elle alors qu’il ouvrait la bouche. Je refuse de me conduire comme eux… À partir d’aujourd’hui, tu seras obligé de me parler ! Agadonne, qu'on nommait aussi Heishi

Qui suis-je?

Je valse avec vous, pour quelques minutes ou près d’un siècle. On cesse de me calculer à l’instant où le tambourin se tait. Trop tôt et subitement. Très tard et lentement. Au début de votre histoire,

Diane Dubeau_Histoire de Pâques

J’ai vu un cardinal sauter en parachute. J’étais étendue dans un pré qui était garni de cocos gigantesques. C’était le pré de Pâques, où l’on élève des lapins. Vous connaissez peut-être cet endroit fa

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
POUR RECEVOIR LA LISTE HEBDOMADAIRE DES NOUVEAUTÉS ET ACTIVITÉS LITTÉRAIRES, INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses