ANALOGIE NUMÉRIQUE

Mis à jour : 8 juil. 2019

Aujourd'hui j'ai fais ce qu'on me dit de faire depuis longtemps. Je suis sorti prendre l'air, je l'ai respiré très fort et je l'ai gardé pour moi, je la sentais au dedans prendre sa place. J'étais si bien que j'ai vu les feuilles et les fleurs des cerisiers suivre le vent en dansant. J' ai manqué d'air à nouveau, les arbres avaient disparus. Le plafond dans ma chambre est bas, il m'étouffe Il n'y a pas de porte, mon passé s'enferme dans le présent . Par la seule fenêtre grillagée, j'observe les enfants jouer, ils rient. Je ne les entend pas. Aujourd'hui j'ai eu le visite de mon fils. Nous sommes allé prendre une marche, il m'a tenu par la main. Nous ne nous sommes pas parlé, il ne m'a pas regardé, j'ai senti sa présence. J'entendais les vagues de la mer terminer leur long voyage un bruit de coquillage sur la même oreille des souvenirs de nos vacances. Je me suis brossé les dents Après avoir mangé J'ai absorbé ce que j'ai pu Je ne digère plus. Au delà de cette limite votre ticket n'exhiste plus, j'aime beaucoup cet écrivain, il s'est enlevé la vie alors qu'il avait 68 ans. En lisant j'ai mangé un sac de chips Lay's au BBQ, une Aero et dans

un grand verre rempli de glaçons une orange Fanta. J'ai oublié mon rendez-vous chez mon psy. Cela m'a coûté $80.00 , j'ai bien dormi. Il a neigé beaucoup. La fenêtre de ma chambre est à moitié obstruée par le blanc. Je suis monté sur un banc pour regarder dehors. Il n'y avait rien, sauf une tâche noire qui se déplaçait sur le dessus d'un banc de neige. J'ai vu un chapeau mais je n'ai vu personne. Cette nuit, je n'ai pas vraiment dormi. Je pensais à tout ceux et celles que je ne connaîtrai pas, Je les imaginais Je me suis mis à écrire. J'ai pensé que le titre pourrait être. LE SOLEIL NE SE LÈVE PAS À LA MÊME HEURE POUR TOUT LE MONDE.

26 vues5 commentaires

Posts récents

Voir tout

Le voilier

À l’horizon, il filait sur cet éclat doré, apportant dans son sillage les ricochets du temps. Poussé par le vent silencieux, son passage emportait tous les mots. Les regards s’éclairaient d’admiration

Métaphore de Ève Charette

Métaphores de Ève Charette Dans une danse guerrière, le voleur au grand cœur, braconnier de mes nuits devenues si courtes, affrontant le tumulte par ses flèches empoisonnées bout à bout d’un élixir ap

La madeleine de Marie-José

Dès l’âge de deux ans, je grandis en Afrique où mon père exerça sa carrière dans les Travaux publics pendant deux décennies. Les retards dans les travaux n’étant pas choses d’exception et les frais de

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2021 Éditions Parenthèses