27 septembre, Histoire à 3 voix de CB

Mis à jour : 16 oct. 2019

Yves, désespéré


J’ai le cœur qui palpite, les mains moites, les oreilles qui bourdonnent. Les yeux m’piquent. Mes jambes vont flancher. Mais c’est trop tard. Je peux plus reculer. Mais qu’est-ce qui m'a pris ? Pourquoi je fais ça ? Il devait bien y avoir un autre moyen de trouver un peu d’argent. Braquer un dépanneur ! Le commis bouge pas. Pourquoi il bouge pas ? Pourvu que le coup parte pas tout seul. Pourvu qu’il fasse pas le con. Mais pourquoi j’ai cette saleté dans les mains ? J’aurai pas dû écouter Steve. Manquerait plus qu’il ait le goût de jouer les héros ! Il doit être payé des peanuts. Il va quand même pas se faire buter pour cette job de marde ? Donne-moi le contenu de cette caisse, qu'on en finisse ! Pourquoi il est pas en cours aussi ? Il devrait être aux études. S’il préfère gagner trois sous plutôt qu’étudier, tant pis pour lui. Il finira comme moi. L'imbécile. Hé ! Doucement, là… Ok… Criss ! Y’a pas 200$, là ! Tabarnak, va falloir remettre ça pour pouvoir payer le loyer ! Cours, Yves, cours. Câlisse, c’est quoi ce con qui balance plein d’eau dans la rue ? Glisse pas mon gars, c’est pas le temps. Tourne le coin, pis vite. Y’a ben du monde ! Pardon ? Qu’est-ce que tu dis ?

- Je dis : ôte ta cagoule ! Mieux vaut manifester à visage découvert, si tu veux pas qu’une police t’embarque.


Malik, caissier pour dépanner


C’est mon troisième braquage cette année. Le pauvre gars avait l’air moins habitué que moi. La sueur lui coulait dans les yeux et je n’ai jamais vu d’aisselles aussi auréolées. Il tremblait comme une feuille. En même temps, il n’avait pas l’air intoxiqué, juste hagard et complètement paniqué. D’ailleurs, à le voir courir et esquiver le seau d’eau au coin de la rue, il a l’air plutôt en forme. Tant mieux, je n’aurai pas voulu penser que l’argent servirait pour de la drogue. Je ne sais pas pourquoi j’ai fini par le lui donner, il n’avait pas l’air dangereux. Son arme était encore sur la sécurité ! Pour faire les pieds à mon père sans doute. Je n’ai pas voté la grève à l’université pour me retrouver à tenir sa caisse après tout, même pour lui permettre un rendez-vous chez le médecin. Il n’avait qu’à fermer quelques heures, en signe de solidarité. Il a vraiment raté une belle occasion… Ceci dit, il n’a pas perdu grand-chose. Je lui conseillerai de ne pas porter plainte. Ça risquerait de tellement faire monter le prix des assurances…


Roger, bon père de famille


Le voisin vient de me dire que le dépanneur de l’importé s’est encore fait braqué ! Sûrement un coup d’un de leurs acolytes, pour toucher les assurances. Trois fois, ce serait fichument pas chanceux… Ils prennent le monde pour des imbéciles… Pendant la foutue manifestation des bozos qui crient aux droits des licornes et des bélugas pis qui nous annoncent la fin du monde pour demain. Surtout une bonne raison de sauter des cours, évidemment. La dernière fois c’était pour les études gratuites ! Ah j’aimerais voir ça, tiens ! Déjà qu’ils font tout pour s’en sauver quand il faut payer. Parce que, bon, qu’on vienne pas me dire que ça veut pas avoir de char ces jeunes-là, ou qu’ils se passeraient des voyages au soleil ! La planète a le dos large, tiens… Laissez-moi rire ! Je me demande si le braqueur, ce serait pas le gars que j’ai manqué arroser en lavant mon Hummer… Il était cagoulé, j’ai cru que c’était pour rejoindre les petits amis de l’autiste, mais c’est vrai qu’il courait bien vite pour un mangeux de graines. Je devrais appeler la police… Si ça peut aider à le coincer… un pouilleux de moins en circulation, ce sera toujours ça de gagné.


12 vues1 commentaire
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Pinterest
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

© 2019 Éditions Parenthèses